Critiques

Reine rouge (La), La saga Vorkosigan T8

Un livre plutôt... vide.

Type: 

Skylark de Valeron (Le)

Ce roman, troisième de la série du Skylark (l’alouette) de l’espace, dont les deux premiers avaient déjà été publiés dans le volume Dimension Skylark, était paru en 1949 en version roman, mais encore inédit en France. Le voici donc enfin traduit, et précédé d’un discours de l’auteur prononcé en 1940 et traduit par Jean-Marc Lofficier, sur « Comment j’ai écrit mes space operas ».  

Type: 

Ahriman

En voilà un roman qui mériterait amplement sa place au palmarès du prix Masterton. En effet, rarement j’ai lu aussi bon, aussi craignos que Masterton. La relève serait assurée ? Des morts inexpliquées, en charpie, exécutés en un rite satanique. Une météo sur la ville de Toulouse jamais vue. De canicule l’on passe à une tempête rageuse avec des vents qui ressemblent plus à des ouragans. Un inspecteur de police creusant dans les méandres de ces meurtres ignobles est confronté à l’incroyable.

Type: 

Épée de l'orage (L') Rigante T1

Au cœur de montagnes verdoyantes se trouve le petit village rigante de Trois-Ruisseaux, dont les habitants vénèrent les dieux de l’air et de l’eau et les esprits de la terre. Parmi eux vit un enfant marqué au sceau du destin. Né au cours de l’orage qui condamna son père, il se nomme Connavar.Bientôt, les récits de son courage se répandront comme un feu de prairie. De l’enfant qui a combattu l’ours, il deviendra l’homme qui a tué le roi ! Il a juré de protéger son peuple et rien ni personne ne pourra se mettre en travers de son chemin.

Type: 

Sim survivor

Quand on est riche, oisif, fêtard et qu’on a 17 ans, on est parfois un « merdeux ». En plus d’être lâche, mollasson, voilà le portrait de Sandro que les circonstances et la nanotechnologie vont obliger à faire face à des situations extrêmes.   Quand on est pauvre, bagarreuse, rebelle, prête à tout, y compris vendre son âme, parfois on oublie de faire attention et on se trouve embarquée dans une histoire de fou. Je vous présente Ambra.  

Type: 

Métro 2033

Nous sommes dans un monde post-cataclysmique quasiment réduit aux tunnels et stations du métro de Moscou, qui a résisté aux bombes atomiques qui ont, partiellement, détruit Moscou et rendu la surface inhabitable du fait de la radioactivité. Mais ce monde a néanmoins réussi à présenter une certaine variété avec des stations indépendantes et des groupes de stations devenus de mini-empires : Confraternité capitaliste, Ligne rouge (communiste), stations nazies (Quatrième Reich), etc.  

Type: 

Atomes crochus

Aéroport de Fort Worth, Dallas. Deux voyageurs essoufflés viennent de rater leur vol pour Paris et se le reprochent mutuellement : Enzo Meazza, un criminel en col blanc tout juste sorti de prison, et Janet Livingston-Pierce, ingénieur en déplacement professionnel. L’avion explose quelques secondes après son décollage... A peine remis du choc, ils sont pris pour cible par des hommes armés. Pourquoi en ont-ils après eux ? Leur commanditaire serait-il le mystérieux Griffon traqué par le FBI depuis des années ? Une seule certitude : Janet et Enzo n’auraient jamais dû se rencontrer.  

Type: 

Miroir du damné (Le)

Phénix Web se penche aujourd’hui sur Le miroir du damné, thriller fantastique co-écrit par Fréderic Livyns et J.B. Leblanc et publié aux éditions Séma. L’occasion de partir à la rencontre de ces deux auteurs aussi humbles que talentueux, qui ont accepté de répondre à nos questions (interview Livyns/Leblanc ici).   Résumé

Type: 

Chute de la Maison des Flèches d’Argent (La)

Commençons par signaler que le titre français présente plusieurs défauts graves à mes yeux. Même si le nom Ailes Brisées, qui, en France, appartient à une association d’entraide des pilotes d’avion, est réservé, il aurait dû être possible de conserver le mot « ailes », de ne pas introduire une notion différente avec celle de Flèches. Et pourquoi rajouter dès le titre un spoiler avec le mot « chute » ? Est-ce parce que Fleuve prévoit déjà de ne pas traduire les suites à venir pour ce roman à la fin ouverte ?  

Type: 

Du feu de l'enfer

*** PAGE TURNER ***   Sire Cédric reste fidèle à lui-même avec ce nouvel opus. Et encore... parce que cette fois, il n’y a pas de touche de fantastique : tout pourrait bien exister, « pour de vrai » comme disent les enfants. Et ça fait encore plus peur !   Un « couple » : le frère et la sœur. Lui, Ariel, un paumé qui trempe dans toutes sortes de magouilles du deal de drogues au vol de voiture. Elle, Manon, maquille les morts : elle est thanatopractrice – ça commence sur des chapeaux de roue !  

Type: 

Pages

S'abonner à RSS - Critiques