Critiques

Écotopia

L’utopie est un genre ancien puisque, avant même que Thomas More ne la nomme, La République de Platon était un tel roman. Jusqu’au dix-huitième siècle, les utopies ont été des lieux inconnus. Ce n’est qu’à la fin du dix-huitième siècle que certains auteurs, entre autres Nicolas Restif de la Bretonne et Louis Sébastien Mercier, ont mélangé utopie et anticipation, placé leurs mondes imaginaires dans le futur. Bien que ce ne soient plus des pays sans lieu, le nom utopie est resté et nombre de tels romans sont parus.

Type: 

Chambre 128

Un roman peut parfois changer une vie.Qui n'a pas rêvé de voir survenir un petit grain de sel romanesque dans sa vie ? Un peu de merveilleux pour secouer la routine et oublier les ennuis de bureau ?Quand Anne-Lise réserve la chambre 128 de l'hôtel Beau Rivage pour de courtes vacances en Bretagne, elle ne sait pas encore que ce séjour va transformer son existence.Dans la table de chevet, elle découvre un manuscrit sur lequel figure juste une adresse où elle décide de le réexpédier.Retrouvera-t-elle son auteur ?

Type: 

Avènement, La guerre sans fin T3

Les Chacals de Jenkins sont engagés dans une opération d’exfiltration sur une planète krell contaminée par le virus Augure. Leur objectif est de taille, physiquement et stratégiquement : un gardien krell ! Mais même si leur opération réussit, rien ne permet de présager que cela suffira à lutter contre les terroristes de la Spirale noire et leur alliés Bribes. Le groupe de Jenkins devra tenter de retrouver les Eons alors que la confrontation finale approche.  

Type: 

Vraie folie

Avec Vraie folie, Linwood Barclay semble achever sa trilogie centrée sur l’inspecteur Barry Duckworth, Promise Falls et le meurtrier du nombre 23. Je dis « semble » puisqu’un nouvel opus consacré à sa petite ville fétiche est paru depuis. L’histoire de ce roman commence donc un 23, du mois de mai pour être précis, où les habitants de la cité se lèvent pour vaquer à leur occupation… et tombent brutalement malades, les uns derrière les autres. Une épidémie dont le point de départ est l’eau du robinet, contaminée par un élément inconnu.

Type: 

Clément Coudpel contre les spectres de Samain

Clément Coudpel porte un nom de famille un peu étrange, il l’admet. En dehors de ça, il se considère comme n’importe quel garçon de treize ans : il aime les mangas, les jeux vidéo et trainer avec son meilleur ami, Takeshi, dans leur petit village liégeois. Ce qu’il veut dans la vie ? Aucune idée ! Mais une chose est sûre, il n’embrassera pas la malédiction familiale. La magie, les cimetières, les macrales, les fantômes, très peu pour lui. Et toute la pression qu’il subit au quotidien n’y changera rien, peu importe à quel point ses détracteurs vont loin.

Type: 

Outresable

C’est un western post-apo et une saga familiale. Nous sommes dans un paysage où le sable a tout englouti et les survivants se répartissent entre plusieurs cités presque fantômes, à essayer de faire face au sable et aux vents qui le déplacent. Dans une cité, Springston, les Seigneurs, au sommet du mur qui les protège. Dans les autres, Low-Pub et Bidonville, la valetaille, et les plongeurs, ceux qui ont appris à nager dans le sable à la recherche des objets du passé.  

Type: 

Neuvième maison (La)

L'incursion envoûtante de Leigh Bardugo dans le fantastique adulte. Une histoire de pouvoir, de privilèges, de magie noire et de meurtre au coeur des sociétés secrètes de l'université Yale.

Type: 

Jack Glass, l’histoire d’un meurtrier

A la recherche d’un terrible criminel, en trois temps et autant de récits divertissants de bonne facture.

Type: 

Méfiez-vous du chien qui dort

Méfiez-vous du chien qui dort est un recueil de six nouvelles de science-fiction d'une autrice américaine que je ne connaissais pas du tout. J'ai été impressionnée par la qualité de sa plume (malgré quelques petits ratés de traduction ici et là), la façon qu'elle a d'utiliser les mots pour nous toucher droit au coeur, sans effort.

Type: 

Fahrenheit 451

Nous sommes dans un monde futur. Les guerres se multiplient et se gagnent parfois sur la journée. Lire est devenu interdit, parce que générateur de dissension entre personnes. Il faut uniformiser l’opinion, empêcher le citoyen de réfléchir. Une vie entière axée sur le superficiel, sur l’écran omniprésent ; il n’y a plus d’amour, plus de passion, plus de complicité… Guy Montag est un pompier formé à la destruction des livres. Sur dénonciation, il intervient au sein de l’équipe du capitaine Beatty, sort son lance-flammes et brûle la totalité de la maison de receleur de pages.

Type: 

Pages

S'abonner à RSS - Critiques