Critiques

Illusion (L’)

Bienvenue à Val Quarios, petite station de ski familiale qui ferme ses portes l’été. Ne reste alors qu’une douzaine de saisonniers au milieu de bâtiments déserts. Hugo vient à peine d’arriver, mais, déjà, quelque chose l’inquiète. Ce sentiment d’être épié, ces « visions » qui le hantent et cette disparition soudaine... Quels secrets terrifiants se cachent derrière ces murs ? Hugo va devoir affronter ses peurs et ses cauchemars jusqu’à douter de sa raison... Bienvenue à Val Quarios, une « jolie petite station familiale » où la mort rôde avec la gourmandise d’une tempête d’été.  

Type: 

Prendre un enfant par la main

Lorsque vous lâchez la main de votre enfant, êtes-vous certain de pouvoir la serrer de nouveau un jour ?

Type: 

Prieuré de l’oranger (Le), Partie 1

Ce livre est comme un plat traditionnel. Les ingrédients sont connus, la recette également, mais le talent de Samantha Shannon transforme le tout en excellent moment de lecture.

Type: 

Quitter les Monts d’Automne

Voici un livre pour lequel je regrette d’avoir autant de références du fait de mes nombreuses lectures antérieures et, en même temps, de ne pas avoir les références principales de son origine réelle, la connaissance par Émilie Querbalec de la culture japonaise et, en particulier, du Dit du Genji, auquel se réfère la quête de l’héroïne.   L’histoire est avant tout la quête par l’héroïne non seulement de son propre passé dont elle a oublié l’essentiel, mais aussi du passé de son monde, de celui de l’humanité entière.

Type: 

Corpuscrit

Mila Dark, une auteure à succès, peine à achever le second opus des aventures de Borowak, tueur en série impitoyable et sanguinaire. Fragilisée par un énième échec sentimental, pressée par les exigences de son éditrice, Mila consent à se mettre au vert et part s’isoler en plein coeur de la Vallée de la Semois pour tenter de finaliser son manuscrit. L’auberge rouge ressemble à un véritable havre de paix. Un cadre idyllique, un calme salvateur et des rencontres exaltantes vont rythmer son séjour. Pourtant, une nuit, tout va basculer.

Type: 

Monstres (Les)

Ils vivent dans un « terrier ». Les enfants, la mère. Protégés de la lumière du jour qu'ils redoutent. Sales et affamés, ils survivent grâce à l'amour qui les réchauffe et surtout grâce à Aleph, l'immense, le père, qui les ravitaille, les éduque et les prépare patiemment au jour où ils pourront sortir. Parce que dehors, il y a des humains. Parce qu'eux sont des monstres, et que tant qu'ils ne seront pas assez forts pour les affronter, ils n'ont aucune chance. Mais un jour Aleph ne revient pas, un jour les humains prédateurs viennent cogner à leur porte.

Type: 

Assassin de septembre (L')

Aout 1792. alors que la France va mal et que la Révolution peine à installer une véritable autorité sur le territoire, les Prussiens sont aux portes de Paris, bien décidés à remettre le roi légitime sur le trône. C’est dans ces conditions que Victor Dauterive, le lieutenant de gendarmerie et personnage principal de la série de romans, se trouve mandaté par Danton pour persuader le commandant de la garnisson de tenir le siège. Peine perdue ! A peine arrivé, le commandant est assassiné, la ville tombe et Victor n’a d’autres choix que de se replier en catastrophe sur Paris.

Type: 

Effet de réseau - AssaSynth T5

On aurait pu croire que l’histoire d’AssaSynth s’achèverait à la fin du quatrième épisode et qu’iel « vivrait heureux et sans enfant » sur Préservation. Mais il n’en est rien. Une simple mission d’exploration en accompagnement de quelques-uns de ses nouveaux amis (? Il ne saurait employer le mot) tourne à l’odyssée quand, au moment du retour, leur vaisseau est attaqué par un vaisseau inconnu, qui se trouve être son « pas-ami-cela ne veut rien dire », EVE décérébré qui les emmène dans un système inconnu où ils devront affronter des humains infectés par des vestiges aliens.  

Type: 

Berceau des jours meilleurs (Le)

Nous sommes au lendemain de la Seconde Guerre mondiale dans la région de Nancy. Odile, jeune fille volontiers indépendante, finit par accepter la demande en mariage d’Henri, un ouvrier métallurgiste, mais surtout être inconsistant, volontiers menteur, voyou et sous la coupe de sa mère. Les temps sont durs, il y a pénurie de logement, de nourriture, de soins. Obligée de vivre chez sa belle-mère qui mène son monde à la baguette, ignorée presque rejetée par sa propre famille, Odile se rève une existence de femme libre et forte, indépendante, travaillant pour gagner sa vie.

Type: 

The only Ones

Dans une Amérique ravagée par les pandémies et l'effondrement de son économie, Moïra, jeune femme sans domicile fixe et sans éducation, survit en vendant son corps. Littéralement. Rognures d'ongles, cheveux, parfois un orteil... Parce qu'elle est une vivace, une personne au génome unique immunisée contre tout agent pathogène, elle intéresse ceux qui sont assez riches et crédules pour se payer ces petits bouts d'elle. Aussi, quand un laboratoire de recherches lui propose une somme astronomique pour faire d'elle une mère porteuse, Moïra n'hésite pas longtemps.

Type: 

Pages

S'abonner à RSS - Critiques