Littérature de l’Imaginaire

Titre Date uid de l'auteur
Terraborn

  "Space-opera ? Heroic-fantasy ? Récit initiatique, ou conte philosophique ?" interroge la bande publicitaire. De tout cela un peu, sans doute, en insistant sur "space-opera" et sur "conte philosophique". Dans sa postface, Jean-Pierre Planque se distancie pourtant du space-opera actuel, qui n’est pas la "remise en question" qu’il désire.

PLANQUE Jean-Pierre, RAVEAU Patrick
31/08/2006 4
Captive de Gor (La)

Les derniers romans de la série Gor étaient basés sur deux motifs. L’un, extrêmement ténu, formait l’intrigue : danger, invasion, rapt menaçant Gor, l’Anti-Terre. L’autre, omniprésent, était constitué par les sentiments sadomasochistes des rapports entre Maîtres-mâles et Esclaves-femelles (j’hésite à écrire " femmes"). Du moins y avait-il encore un semblant de trame, comme dans "Les Tribus de Gor".

NORMAN John
31/08/2006 4
Tribus de Gor (Les)

Je vous avais prévenus dès la parution des deux premiers volumes du "Cycle de Gor" (voir Phénix n° 32) : si les quatre premiers romans sont réalisés de main de maître, et comptent incontestablement parmi les sommets d’une certaine héroïc-fantasy, les suites se révèlent de plus en plus faibles, de par l’importance énorme accordée à l’aspect sadomasochiste des mœurs de l’Anti-Terre.

NORMAN John
31/08/2006 4
Monstres de Gor (Les)

John Norman se reprendrait-il avec ce douzième volume de la saga ? Pas vraiment, du moins l’intrigue proprement dite occupe-t-elle cette fois environ la moitié du livre, ce qui est un net progrès par rapport aux précédents ! Je passe donc sur les considérations habituelles sur l’esclavage pour vous lancer sur les traces de Tarl Cabot. Sa mission ? Aller surveiller le grand Nord, dans lequel on a décelé un étrange comportement des troupeaux, et signalé une "montagne qui ne bouge pas" (ce qui est, avouons-le, plutôt inhabituel pour un iceberg).

NORMAN John
31/08/2006 4
Maître des mensonges (Le)

S’il existait un trophée pour le "chapitre d’ouverture le plus secouant de l’année , il ne fait aucun doute que Masterton remporterait haut la main la compétition avec les premières pages de son nouvel opus paru aux éditions Pocket. Je ne vais pas tenter ici de vous raconter ce qu’il s’y passe, dans ce premier chapitre (d’ailleurs, je le ferais immanquablement moins bien que Masterton lui-même), mais je me contenterai de vous dire qu’il faut avoir le cœur bien accroché pour pouvoir tourner les pages de ce prologue glaçant.

MASTERTON Graham
31/08/2006 7
Mort noire (La)

1977. C’est la date de parution originale de ce roman de Graham Masterton qui n’a pas pris une ride ! Et pour cause : son histoire d’épidémie de peste provoquée par les rejets de déchets toxiques sur les plages de Floride a des accents terriblement contemporains.

MASTERTON Graham
31/08/2006 7
Ethan d'Athos

À nouveau un excellent "petit" roman de McMaster Bujold, qui vaut surtout par l’amusante description d’une société exclusivement masculine. Sur la planète Athos ne vivent en effet que des hommes, se reproduisant génétiquement, par le biais de "cultures ovariennes". La Femme y est symbole absolu du Mal, et même prononcer le mot est péché. Les enfants, tous mâles bien sûr, sont élevés par le père et un "parent suppléant". Un jour arrive ce qui devait arriver : les cultures originaires s’épuisent.

BUJOLD Mc Master Lois
30/08/2006 4
Oeuvres complètes T1

"Le Sculpteur de mondes" : ainsi Merritt était-il baptisé par Anne Deckers, dans sa remarquable étude parue dans le n° 40 de Phénix consacré à la fantasy. "Maître de l’archéologie-fiction" est le titre décerné par Alain Zamaron (auteur déjà d’un bel essai paru chez "Ides… et autres" en 1986) dans sa préface à cette réédition de quatre grands chefs-d’œuvre de l’écrivain américain : "Le Gouffre de la lune", "Le Monstre de métal", "La Nef d’Ishtar" et "Sept pas vers Satan".

MERRITT Abraham
30/08/2006 4
Oeuvres complètes T2

Voici donc ce second volume, incluant les quatre romans suivants : "Le visage dans l’abîme", "Les habitants du mirage", "Brûle, sorcière, brûle !" et "Rampe, ombre, rampe".

MERRITT Abraham
30/08/2006 4
Ange des profondeurs (L')

Je sais. Le rédac’ chef me l’a dit quatre fois, je ne peux pas mettre 5 étoiles dans un système où le maximum est quatre. Je sais, mais je m’en fous. Parce que ce petit bijou d’"Ange des Profondeurs" vaut bien cinq étoiles. D’ailleurs, ce bouquin est tellement bon que je ne vais pas passer mon temps à vous en parler. Parce que je risquerais d’en dire trop. Et de tuer une partie du plaisir. Celui de la découverte d’une œuvre pas comme les autres. D’une histoire à couper le souffle.

LEHMAN Serge
30/08/2006 7

Pages