ANTHOLOGIE

Destinations, anthologie des Imaginales

Cette année l'anthologie des Imaginales porte le titre Destinations et est divisée en trois parties : Destins, Nations, Destinations. Elle regroupe 14 auteurs, des récits qui vont de la fantasy la plus débridée à la science-fiction la plus spéculative, du passé de notre monde à l'avenir de mondes lointains. Sans déflorer les nouvelles qui, parfois, veillent à surprendre leurs lecteurs, sans non plus prétendre imposer mes préférences sur vous pourriez partager, ou pas, je me contenterai de vous inviter à découvrir le sommaire :   Destins Aurélie Wellenstein : Bucéphale au pays des ombres

Type: 

Au bal des actifs, demain le travail

Disons-le tout net : cette anthologie ne se limite aucunement à l’évolution du travail, ou plutôt de l’emploi, mais vise toutes les transformations possibles de la société, toutes les formes d’utopies ou de dystopies (y a-t-il vraiment différence entre les deux mots, quelle utopie ne possède pas assez d’aspects négatifs, de « côtés sombres », pour être aussi une dystopie, et quelle dystopie ne conserve pas une lueur d’espoir, que ce soit dans sa chute ou dans son évolution ?).  

Type: 

Wild Cards

Les univers partagés, dont la plupart sont nés dans les années 80 du siècle dernier et dont certains survivent, sont une particularité de la littérature SF américaine, car je ne vois pas d’exemples dans d’autres littératures. C’est autre chose que les franchises, autre chose que les simples reprises ou partages d’idées. Et la plupart de ces univers partagés sont inconnus du public français : aucune traduction de Theives’ world, le plus ancien d’entre eux ; un seul volume traduit, les nouvelles de Megan Lindholm, pour Liavek. Un seul, le roman de Carolyn J.

Dangerous Women

1° volume regroupant les auteurs masculins

Type: 

Dimension Merveilleux scientifique 2

Dès la préface de Serge Lehman, l’essentiel est dit : il s’agit de présenter et d’alimenter le retour d’une vision de l’avenir et de la littérature qui, depuis 1950, était quelque peu passée de mode au nom de la préséance de la vision américaine de la « science-fiction ». Et ce en présentant des textes qui, non seulement, doivent reprendre cette vision, mais aussi doivent intégrer des références aux personnages ou aux auteurs de cet épisode littéraire.

Type: 

Moisson d'épouvante - T1

20 récits de fantastique et de terreur - anthologie présentée par Yves-Daniel Crouzet. En coédition avec Dreampress. L'épouvante a mille facettes. Mille malices. Yves-Daniel Crouzet a choisi d'en retenir les meilleures pour votre plus grand plaisir.

Type: 

Anthologie Imaginales 2016 : Fées et automates

Sur ce sujet, cette nouvelle opposition entre deux thèmes apparemment incompatibles, 14 auteurs ont écrit 13 textes assez variés, allant de la poésie pure ou de la féérie classique à la science-fiction, cyberpunk, post-apocalyptique ou même space opera. Mais, à de rares exceptions près, les fées y apparaissent systématiquement comme des victimes innocentes de la méchanceté humaine ou de celle de certains hommes, tandis que la position des automates est plus variée.  

Type: 

Dimension Avenirs radieux

Cette anthologie propose une idée originale et peu évoquée en littérature : au lieu de parler de futurs sombres, post-apocalyptiques ou dictatoriaux, elle promet de nous décrire des "avenirs radieux", autant de mondes améliorés auxquels nous pourrions espérer prétendre si  nous prenions la peine d'être un peu plus sages.    Premier bon point : tous les textes ou presque sont vraiment bien écrits, j'ai apprécié la qualité de leur style. Mention spéciale à "Promettez-moi" de Christine Luce, écrit avec une véritable poésie et de très jolis jeux de mots.   

Type: 

Dimension sexe

Anthologie très croustillante à ne mettre qu’entre des mains expertes, où l’exploration profonde de l’anatomie rime bien souvent avec…

Type: 

Compagnons de l'ombre (Les), T17

Cette anthologie nous présente différents textes rassemblés par Jean-Marc Lofficier. Ayant très peu apprécié l'anthologie précédente de Mr Lofficier (en raison de divergences concernant notre vision des relations hommes-femmes), j'ai été très étonnée de trouver ce livre dans ma boîte aux lettres alors que j'avais soigneusement évité de le demander. Je l'ai lu malgré tout, et en raison du petit nombre de textes écrits (6, d'auteurs exclusivement masculins), je résumerai chacun d'entre eux, de mon préféré à celui que j'ai le moins aimé.   Rencontre fort improbable – Jean-Michel Ferragatti

Type: 

Pages

S'abonner à RSS - ANTHOLOGIE