Critiques

Solaris n°159 et n°160

Deux belles livraisons de la célèbre revue canadienne, qui en arrive donc à son 160ème numéro ! Le n° 159 s’ouvre sur le Prix Solaris 2006, Le vol de l’abeille de Michèle Laframboise, brillante variation sur le thème de la ruche humaine. Les nouvelles qui suivent sont toutes de grande qualité, de la laconique Ceci n’est pas une crise cardiaque de Frederick Durand, au très nostalgique du blues A la croisée d’Eric Holstein ou au fascinant Le Regard du Trilobite de Mario Tessier, hard thriller paléontologique.

Type: 

Sans Dieu T3

La cité de Kanel est tombée aux mains des Lythons. Le Khalife et sa noblesse fuient avec le restant de l’armée, au cœur de la dernière terre libre du royaume, La Grande Forêt. Sur place, les sages du conseil Eloide révèlent à leurs hôtes que le Prévôt et son groupe de mercenaires sont parvenus à récupérer la formule qui délivrera le dieu oublié. Seulement, n’est-il pas trop tard ? L’imposante armée lythonne ne foule-t-elle pas déjà les rivages de la Grande Forêt ? Et les diseurs de Grÿs n’ont-ils pas dit avoir retrouvé la trace du Prévôt et de son infime troupe ?

Sections: 
Type: 

Dragon renégat (Le)

Tara Duncan est de retour pour le quatrième volet de ses aventures, que l’auteur prévoit de raconter en dix livres.

Type: 

Soltrois T1

Un jour, les hommes des étoiles ont foulé le sol de Tillel, une planète à la végétation luxuriante. Des arbres-rois sont nés les premiers mutants - les Verts. Leur peau était d’émeraude et leur sang de sève. Les siècles ont passé. Les Humains sont aujourd’hui les esclaves des mutants, des Seigneurs de Rauluis. Malgré un rapport de force en faveur des humains, l’ultime soulèvement a échoué. Les serfs retournent à la place qui leur convient, au service du roi Jaurémon. Ils sont cependant bien traités et ne connaîtront pas le sort de ceux qui ont osé se soulever. Du moins, pour l’instant.

Sections: 
Type: 

Flandry, défenseur de l'empire terrien

Après Agent de l’empire terrien, voici Dominic Flandry devenu défenseur. Nous retrouvons le décor ’insolite et grandiose’ (comme dit Gotlib) du vrai space opera, avec cet empire galactique démesuré et proche de l’éclatement.

Type: 

Pendragon T2

Belonzio et Mina arrivent à Castel-Uther pour prévenir le roi de l’urgence de la situation. Ils débarquent dans une cité en pleine effervescence pour l’anniversaire du couronnement. Les commerçants s’affairent dans les rues, les nobles affluent par centaines et les soldats veillent scrupuleusement au maintien de l’ordre. Du fait, nos deux jeunes héros apparaissent plutôt comme des trouble- fêtes. Quant à voir le roi... Quelle idée !?! Si ce n’est qu’à la vue du médaillon que Phidias a confié à Belonzio, le Ministre du protocole change soudainement d’avis sur les deux jeunes gens.

Sections: 
Type: 

Royaume blessé (Le)

Tout commence dans une taverne au rythme d’une histoire scandée par un conteur Kelte. Il raconte l’histoire de son peuple, de ce roi aux nombreuses conquêtes, presque invincible, mort pour avoir trahi l’amour d’une femme. Allander Ap’Callaghan ne laisse derrière lui qu’un jeune héritier, son frère Eylir Ap’Callaghan, qui sera élevé dans la légende de son frère, dans la fierté des Keltes.

Type: 

Danse du temps T3 (La)

Lune-dans-les-nuages désire récupérer le scalp de son défunt frère. L’ennui est que celui qui le possède, son ancien mari Quatre-vents, est parti chez les Iroquois. Elle s’aventure donc jusque dans les terres boisées de ces derniers. L’accueil y est froid. La population peu nombreuse. Comme si un grand malheur avait frappé leur peuple, depuis l’arrivée de Quatre-vents, dernier maître du temps. Ce troisième volet de « La Danse du Temps » poursuit l’histoire de cet amour impossible entre un prince Lakota et une Reine Pawnee. La première reste esclave de son statut.

Sections: 
Type: 

Déchirure (La)

Sous le charme et prise au piège... Mon addiction aux cycles de Robin Hobb...

Type: 

District 77 T1

C’est une putain de ville américaine avec ses immeubles, sa pluie et sa grisaille. Lily Lafayette y débarque sans vraiment savoir pourquoi. Elle n’attend aucune réponse au meurtre gratuit de son père, ni même ne se pose de question. Elle est simplement flic, désabusée, accro à la clope et se forge une carapace de dure à cuire. Un cocktail idéal pour qui entre au district 77. Dans ce ramassis de ripoux, les flics ont la gâchette facile et la conversation machiste. Il n’y a ni place pour les idéaux de l’école de police, ni pour les enfants de cœur.

Sections: 
Type: 

Pages

S'abonner à RSS - Critiques