GALAXIES

Galaxies Nouvelle Série n°16

Qu’est-ce qu’un anthologiste ? “Un assembleur de rêves, un révélateur de talents, un collectionneur d’idées et de talents” comme le définit joliment Pierre Gevart dans son éditorial. Patrice Lajoye, lui-même adepte de cet “art du florilège”, consacre une passionnante enquête à cet aspect important du monde de l’Imaginaire. En effet, l’anthologie circonscrit un domaine particulier et présente un élément historique et didactique capital.

Type: 

Galaxies Nouvelle Série n°15

Un bon numéro. Comme (presque) toujours, les textes sont de qualité. A commencer par la nouvelle de Philippe Curval “Un regard pénétrant ». Etonnant parcours d’un photographe… devenant appareil de photo lui-même. Eblouissant, dans tous les sens du terme. Et le cadre vénitien ajoute encore au charme de cette promenade insolite autant que déconcertante.

Type: 

Galaxies Nouvelle Série n°14

Dossier Ugo Bellagamba. L’éditorial du rédacteur en chef, Pierre Gevart, commence fort : “Il faut bien le dire, Ugo Bellagamba est quelqu’un de particulièrement agaçant.” Et de détailler ensuite les mille qualités de l’écrivain, aussi charmant qu’excellent auteur. En effet, Bellagamba se révèle un homme séduisant, positif, enthousiaste, équilibré, calme mais passionné, tout au long de l’interview costaud réalisé par Richard Comballot, coordinateur du dossier. Ce gendre idéal ne donne qu’une seule envie, urgente : le rencontrer !

Type: 

Galaxies Hors Série 2011 : La filière belge

Cet Hors Série important était annoncé, je vous l’avais dit lors de la critique du n°13. Le voilà donc et il tient magnifiquement ses promesses ! L’éditorial de Pierre Gevart retient trois raisons pour cette parution : l’exceptionnelle richesse de l’Imaginaire belge, la crise identitaire que vit notre pays et le décès de l’un de ses plus illustres représentants : Alain Le Bussy. Le numéro débute par un essai extrêmement riche de Dominique Warfa, figure phare de la Belgique de l’Imaginaire.

Type: 

Galaxies Nouvelle Série n°13

Un numéro riche, très riche. Si la nouvelle initiale d’Aliette de Bodard, The Jaguar house, in shadow, basée sur des retours en arrière successifs, m’a paru fort alambiquée, les trois autres sont excellentes.

Type: 

Galaxies Nouvelle Série n°12

Décidé avant la mort d’Edwin C. Tubb (le 11 septembre 2010), ce numéro est devenu un hommage à un écrivain encore un peu méconnu, du moins chez nous. Concocté par Richard D. Nolane, il débute bien classiquement par une courte biographie. Naissance à Londres en 1919, passage par la SF populaire, percée en Amérique grâce à l’appui de Donald A. Wollheim, début de la série Dumarest en 1967, traversée du désert puis retour de fortune dans les années 2000. Adepte du Space Opera, Tubb a écrit 140 romans et 230 nouvelles, ce qui en fait un auteur des plus prolifiques.

Type: 

Galaxies Nouvelle Série n°11

Numéro surtout intéressant par son dossier sur la nouvelle SF russe. Rappelons-nous les deux anthologies publiées par Rivière blanche, “Dimension URSS” et “Dimension Russie”.

Type: 

Galaxies Nouvelle Série n°10

Bel hommage de Pierre Gevart, rédacteur en chef, à l’ami Alain le Bussy, qui venait de disparaître… : “Avec Alain, l’Homme sortait toujours grandi”. Merci, Pierre.

Type: 

Galaxies Nouvelle Série n°9

Entièrement consacré à une grande figure de la SF française : Michel Jeury. _ Né en 1934, Jeury fut l’un des fleurons de la nouvelle SF issue de mai 68, symbole de cette littérature éclatée, nouvelle et moderne, issue de Ph. K. Dick, très politisée aussi, qui connut un certain succès mais qui fit également fuir bon nombre d’amateurs ’traditionnels’ du genre. Après un passage par le roman spéculatif, puis le roman de terroir, il revint à ses premières amours et fait paraître actuellement May le Monde dans la collection ’Ailleurs et demain’ de Gérard Klein.

Type: 

Galaxies Hors Série : Mundanes

Avec grande pompe, le rédacteur en chef, Pierre Gevart, annonce la naissance d’un nouveau courant, le genre Mundane. Diantre, de quoi s’agit-il ? En fait, la revue-soeur britannique, Interzone, avait publié en 2008, un numéro spécial consacré à cette nouvelle tendance : en voici le reflet. Sous l’égide de Geoff Ryman, âme du mouvement, cette tendance veut faire « de la SF la meilleure des SF possibles », soit « épurée de tout le fantastique, de toute la magie non dite, de tout ce qui pouvait paraître scientifiquement peu probable ». Un retour à la SF hard science pure et dure ?

Type: 

Pages

S'abonner à RSS - GALAXIES