GALAXIES

Galaxies Nouvelle Série n°22

Tuer le temps ! Beau thème, évidemment, mais qui promet plus qu’il ne tient. Pourtant il démarre en fanfare avec une très belle nouvelle de Michel Jeury, le revenant de la SF, après un long détour via la littérature de terroir.Ce côté “paysan” se retrouve, au demeurant, dans Colomb dans la nuit, qui décrit bien l’atmosphère d’une petite ville provinciale. Fille de libraire et passionnée de SF, Alice est engagée comme secrétaire par une écrivaine du coin, un peu bizarre, entourée de gens curieux. Qui sont ces “brillants” ?

Type: 

Galaxies Nouvelle Série n°21

Regard nostalgique sur un écrivain des années 1970-1980, Daniel Walther, né en 1940, et un peu oublié de nos jours. Vie et carrière en dents de scie, tentation de la fameuse SF politique de gauche, puis éclectisme éclaté avec tentatives vers le polar et la littérature générale. Sociologie, onirisme, sexe, politique : cocktail ancien qu’il serait peut-être bon de redécouvrir actuellement. Merci à Richard Comballot pour ce dossier exhaustif. Six nouvelles au menu de ce n°21, de Kaganov, Lafargue, Ken Liu, Jean-Pierre Andrevon, Teodorescu et Leborgne. J’en retiens trois.

Type: 

Galaxies Nouvelle Série n°20

Précédant le dossier B. R. Bruss, cinq nouvelles ouvrent ce numéro, dont quatre intéressantes (je n’ai rien compris à Microcosme de Nina Allan).

Type: 

Galaxies Nouvelle Série n°19

Dossier Joëlle Wintrebert, une toute grande dame de la SF française. Le dossier est conçu et coordonné par Lucie Chenu, qui réalise une superbe interview de l’auteur des Olympiades truquées. Témoignages de Jean-Christophe Hoël et de l’ineffable Bernard Blanc. Nouvelle : L’Enfant du lignage. Belle rencontre aussi de Ketty Steward. Bien sûr, bibliographie complète et commentée de l’œuvre.

Type: 

Galaxies Nouvelle Série n°18

A nouveau, un numéro particulier. Cette fois, il publie les nouvelles lauréates d’un concours lancé par le Ministère français de la Défense, qui a voulu consulter les auteurs de SF sur le thème du réchauffement climatique. En voici le résultat, en neuf nouvelles (la dixième, de Jean-Louis Trudel, a déjà été publiée dans Galaxies n° 3).

Type: 

Galaxies Nouvelle Série n°17

Numéro un peu spécial : il accueille Lunatique, le fanzine légèrement mythique apparu en 1963 sous la réalisation de Jacqueline Osterrath. Après de nombreux méandres, il aboutit dans les mains de deux Jean-Pierre : Fontana et Andrevon, lesquels le remettent pieusement dans celles de Pierre Gévart. Comme le dit Fontana : « Une nouvelle aventure commence ».

Type: 

Galaxies Nouvelle Série n°16

Qu’est-ce qu’un anthologiste ? “Un assembleur de rêves, un révélateur de talents, un collectionneur d’idées et de talents” comme le définit joliment Pierre Gevart dans son éditorial. Patrice Lajoye, lui-même adepte de cet “art du florilège”, consacre une passionnante enquête à cet aspect important du monde de l’Imaginaire. En effet, l’anthologie circonscrit un domaine particulier et présente un élément historique et didactique capital.

Type: 

Galaxies Nouvelle Série n°15

Un bon numéro. Comme (presque) toujours, les textes sont de qualité. A commencer par la nouvelle de Philippe Curval “Un regard pénétrant ». Etonnant parcours d’un photographe… devenant appareil de photo lui-même. Eblouissant, dans tous les sens du terme. Et le cadre vénitien ajoute encore au charme de cette promenade insolite autant que déconcertante.

Type: 

Galaxies Nouvelle Série n°14

Dossier Ugo Bellagamba. L’éditorial du rédacteur en chef, Pierre Gevart, commence fort : “Il faut bien le dire, Ugo Bellagamba est quelqu’un de particulièrement agaçant.” Et de détailler ensuite les mille qualités de l’écrivain, aussi charmant qu’excellent auteur. En effet, Bellagamba se révèle un homme séduisant, positif, enthousiaste, équilibré, calme mais passionné, tout au long de l’interview costaud réalisé par Richard Comballot, coordinateur du dossier. Ce gendre idéal ne donne qu’une seule envie, urgente : le rencontrer !

Type: 

Galaxies Hors Série 2011 : La filière belge

Cet Hors Série important était annoncé, je vous l’avais dit lors de la critique du n°13. Le voilà donc et il tient magnifiquement ses promesses ! L’éditorial de Pierre Gevart retient trois raisons pour cette parution : l’exceptionnelle richesse de l’Imaginaire belge, la crise identitaire que vit notre pays et le décès de l’un de ses plus illustres représentants : Alain Le Bussy. Le numéro débute par un essai extrêmement riche de Dominique Warfa, figure phare de la Belgique de l’Imaginaire.

Type: 

Pages

S'abonner à RSS - GALAXIES