PLANCHAT Henry-Luc

Wild Cards

Les univers partagés, dont la plupart sont nés dans les années 80 du siècle dernier et dont certains survivent, sont une particularité de la littérature SF américaine, car je ne vois pas d’exemples dans d’autres littératures. C’est autre chose que les franchises, autre chose que les simples reprises ou partages d’idées. Et la plupart de ces univers partagés sont inconnus du public français : aucune traduction de Theives’ world, le plus ancien d’entre eux ; un seul volume traduit, les nouvelles de Megan Lindholm, pour Liavek. Un seul, le roman de Carolyn J.

Glissement de temps sur Mars

Sur Mars où l'ONU a installé et entretient un certain nombre de colonies qui parviennent à survivre péniblement grâce à l'eau des canaux, Jack Bohlen, ancien schizophrène, est réparateur. Manfred, le fils de ses voisins est, lui, autiste, dans un camp. Les circonstances font qu'Arnie Kott, potentat local, convaincu que la schizophrénie et l'autisme sont des formes de perception du futur, va demander à Jack de trouver le moyen de communiquer avec Manfred, afin de profiter de prédictions. Mais il a mal compris dans quoi il se lance...

Type: 

Algernon, Charlie et moi

Plus que la « trajectoire d’un écrivain », ce livre est l’histoire d’une hantise. Comment le désir de Daniel Keyes de devenir un écrivain s’est mué en une obsession autour de son premier texte important, cette nouvelle merveilleuse devenue ensuite roman, film, etc. Au point de faire apparaître l’auteur comme un monomaniaque, puisque ses souvenirs semblent tourner exclusivement autour de la création, des réécritures (passage au roman, film) et du succès de cette nouvelle qui a rendu Daniel Keyes célèbre : Des Fleurs pour Algernon.

Type: 
S'abonner à RSS - PLANCHAT Henry-Luc