Littérature blanche

Titretrier par ordre croissant Date uid de l'auteur
Vie sauvage (La)

Cela faisait bien longtemps que j’avais envie de lire un « Gunzig »...   Le titre, et la 4e de couverture,  annonce comme un nouveau Tarzan, un bébé perdu dans un accident en Afrique qu’on retrouve et ramène dans sa famille génétique. On part donc dans la lecture avec un gros à priori de sympathie pour ce jeune homme.  

GUNZIG Thomas
09/09/2017 17
Vie pratique (La)

La collection Espace Nord édite des auteurs belges qu’ils soient ou non contemporains. Son format poche est à un prix toujours sympa et on y retrouve des petites pépites oubliées comme Bruges-la-morte de Rodenbach – qui m’a subjuguée par sa poésie.

GANZ Otto
28/10/2018 17
Vie en rose (La)

Ses parents partis parcourir la Polynésie, Rose – qui s’est installée avec le lieutenant Personne – se retrouve seule pour s’occuper de ses frères et sœurs. Coup sur coup, elle est confrontée au cambriolage de Popul’Hair – le salon de coiffure où elle fait la lecture –, à la découverte inopinée de sa grossesse et au meurtre de l’ex-petit ami de sa sœur. Bientôt, c’est le meilleur ami de Camille que Rose découvre poignardé.

LEDUN Marin
10/07/2019 7
Vian et la pataphysique

Pataphysiciens eux-mêmes, les auteurs nous présentent l’histoire et un certain nombre de textes de Boris Vian liés à la pataphysique, parus dans les revues du Collège de Pataphysique ou présentés à la radio au nom de celui-ci, et comment le Collège a perpétué le souvenir de Boris Vian.  

FOULC Thieri, GAYOT Paul
20/06/2018 48
Veuve (La)

Thriller noir et psychologique, mené avec une maîtrise du genre. On entre, mine de rien, dans l'intimité psychique d'une femme dont le mari a été accusé de kidnapping d'enfant. Cette anti-héroïne, qui se demande bien ce qui lui tombe dessus quand la police vient inculper son Glen, la crème des hommes, ne sait de la vie que ce qu'on en dit au salon de coiffure où elle travaille.

BARTON Fiona
14/04/2017 105
Veuve (La)

La vie de Jane Taylor a toujours été ordinaire. Un travail sans histoire, une jolie maison, un mari attentionné, en somme tout ce dont elle pouvait rêver, ou presque. Jusqu’au jour où une petite fille disparaît et que les médias désignent Glen, son époux, comme LE suspect principal de ce crime. Depuis ce jour, plus rien n’a été pareil. Jane devient la femme d’un monstre aux yeux de tous.

BARTON Fiona
15/02/2017 7
VALMONT Maxence 01

Bonjour Maxence Valmont. Je vous remercie de bien vouloir vous prêter à ce petit jeu de questions et réponses. Et pour commencer, une petite présentation : qui êtes-vous, Maxence Valmont ? Je suis né en novembre 1954 à Bruxelles et j’appartiens au signe zodiacal du scorpion ascendant scorpion. Si mon pseudonyme est Maxence Valmont, ma véritable identité est celle-ci : Philippe Dumont. Ce choix résulte du fait que l’on s’est aperçu lors du « Boulevard du polar » de Lille que trois autres auteurs, dans le même registre littéraire, portaient un nom identique.

VALMONT Maxence
04/06/2018 114
Valet de Pique

Avec Valet de Pique, J.C. Oates nous offre encore une fois un thriller brillant, démontrant s’il en était besoin la maestria qui est la sienne.  

OATES Joyce Carol
18/05/2017 74
Usurpateur (L')

Voici la troisième enquête de William Wisting (vous trouverez celle de Fermé pour l’hiver sur le site), juste après Les chiens de chasse (dont la critique viendra vite). Cet auteur norvégien vend ses livres par centaines de milliers dans le monde entier. Il fait partie de cette génération d’auteurs de thrillers venus d’Islande et de Scandinavie dont le talent n’a rien à envier aux auteurs plus connus d’Amérique ou de France.

HORST Jørn Lier
17/06/2019 17
Univers à portée de main (L’)

Dans cet essai de vulgarisation scientifique, le physicien Christophe Galfard nous emmène en voyage. Un voyage comme vous n’en avez jamais fait, de l’infiniment grand à l’infiniment petit. Et au-delà. Attachez vos ceintures, ce n’est pas de tout repos. « À ce stade, si vous avez l’impression de vivre ce que l’on peut appeler une dépression philosophique Copernicienne, c’est tout à fait normal : vous saviez peut-être déjà – on vous avait peut-être déjà dit – que nous ne sommes pas grand-chose devant l’immensité de l’Univers, et bien de fait nous sommes encore moins que cela. »  

GALFARD Christophe
28/03/2017 112

Pages