Littérature de l’Imaginaire

Titretrier par ordre croissant Date uid de l'auteur
Bilan 2012 par Marc Bailly

D’abord, l’année 2012 fut marquée par des disparitions. Je n’en citerai que deux, mais de taille : Jacques Goimard et Roland C. Wagner. Deux personnalités qui ont marqué et qui marqueront à jamais le monde de l’Imaginaire. Je ne les oublierai jamais…

15/01/2013 14
Bilan 2012 par Georges Bormand

Côté livres appréciés cette année (dans l’un des cas je ne suis pas sûr de la date de parution) je signalerais « Vestiges », de Laurence Suhner et « La Fille automate » de Paolo Bacigalupi. J’ajoute « Le Train de la réalité » de RCW, complément utile voire nécessaire à « Rêves de Gloire ». Côté ratage abominable, je mets en tête le dernier Dan Simmons, « Flashback ».

17/01/2013 18
Bilan 2012 par Frédéric Livyns

3 livres préférés  « Comme des larmes sous la pluie » de Véronique Biefnot. Une très belle découverte, une plume magistrale... Une véritable révélation !  « Fissures » de Jess Kaan, des nouvelles fantastiques de styles différents mais toujours extraordinairement bien écrites !  « L’aube de la guerrière » de Vanessa Terral. Un roman à mi-chemin entre le fantastique et la fantasy, bourré d’humour, avec des personnages charismatiques. Un vrai coup de cœur ! 2 livres moins aimés

26/01/2013 18
Bilan 2012 par François Freddy

Mes vœux pour cette nouvelle année sont tout d’abord de vous souhaiter une bonne santé. Sans elle, plus rien n’a de valeur. Ensuite, ayez une passion autre que votre travail. Même si cette passion parait futile et débile pour les autres, tant qu’elle vous fait évader de ce monde, laissez les autres parler, se moquer. Le meilleur proverbe que je connaisse : Les chiens aboient pendant que la caravane passe. Proverbe arabe qui signifie : pendant que l’on parle de vous, vous, au moins, vous avancez et ne restez par sur place.

24/01/2013 11
Bilan 2012 par Christophe de Savoie

L’année 2012 a vu la disparition de personnages importants du fandom français, et on espère que 2013 sera moins rude de ce côté-là. Sur la cinquantaine de livres chroniqués pour Phenix, je retiendrais quelques titres très différents dans les univers proposés : • « La Brigade chimérique » (Serge Lehman et Fabrice Colin) entraîne le lecteur dans un univers de super-héros fascinant • « Bloody Mary » (Jacques Martel) développe un récit de piraterie SF de très bon niveau • « Le maître des Ombres » de J.C. Chaumette est un récit fantastique de qualité

23/01/2013 5
Bilan 2012 par Christophe Corthouts

Mon année 2012 Bonjour lecteurs et lectrices... Comme d’habitude, je ne compte pas trop me conformer aux demandes de notre rédac’chef d’amour pour évoquer une année de culture, de livres, de cinéma, d’aventures imaginaires et tutti quanti ! D’abord parce que j’ai toujours énormément de difficultés à tenir des listes de lectures, de visions, de discussions... Trop paresseux je suis, oui. Et puis... Et puis la fin d’année, c’est le moment des feux d’artifices, non ? Là où tout doit péter... Dans tous les sens !

19/01/2013 7
Bilan 2012 par Bruno Peeters

Livres aimés a) rééditions  Les deux volumes de la saga de « Thongor » de Lin Carter : la véritable heroic-fantasy comme je l’aime, héritière directe de Conan et d’ERB.  La réédition proposée par S. Lehman des romans de Rosny-Aîné : une opportunité formidable de redécouvrir des textes fondamentaux.  « La Cité sans nom », anthologie de contes : la découverte de taille de Wladimir Odoïevski, écrivain prince russe du 19ème siècle. b) nouveautés  le recueil de nouvelles « Au nom du Néant » de Dartevelle : une nouvelle occasion de savourer un grand styliste belge.

28/01/2013 4
Big fan

Un « roman protéiforme » d'après le quatrième de couverture. Vraiment ???

COLIN Fabrice
19/07/2017 5
Big crunch

Les nostalgiques du FNA ont retrouvé un de leurs auteurs favoris : Kurt Steiner écrit de nouveau et il n’a rien perdu de son humour, de son sens du ridicule et de son imagination. Il ne s’agit pas d’un manuscrit oublié, mais d’une oeuvre nouvelle, écrite pour Rivière blanche.

STEINER Kurt
21/12/2009 18
Big Crunch

En virtuose du genre, Kurt Steiner nous emmène dans une symphonie qui passe du délire science-fictionnesque, plonge un pied dans le loufoque pour nous envoyer dans une aventure qui n’a de cesse que de nous surprendre. De la vraie SF. Sans prise de tête. Sans de « moi je ». Sans de « m’as-tu-vu ». Juste un auteur qui veut se faire plaisir et de par là même, nous faire plaisir. Une épopée dans toute sa splendeur. Notre univers tel que nous le connaissons est à l’aube de se résorber. Personne n’y peut rien.

13/04/2010 11

Pages