Imaginaire

Titre Date uid de l'auteur
La chair des vivants a-t-elle meilleur goût que celle des morts ?(3)

Nous sommes arrivés à la conclusion, avec le deuxième article de cette série, que les zombies ne se nourrissent pas de la chair des vivants du fait de la valeur nutritive de cette dernière. Serait-ce alors l’effroi qui nous saisit à leur vue qui les motive dans leurs intentions prédatrices ? Notre peur serait-elle contre-productive en ce sens qu’elle les activerait, qu’elle les mettrait en branle et les jetterait à nos trousses ? La capacité de l’espèce humaine à connaître la peur (capacité dont les zombies semblent bien dépourvus) enclencherait-elle la course-poursuite à nos dépens ?

10/03/2007 2
Les vampires

Qui ne se souvient pas des films de la Hammer ? Bien que Christopher Lee ait sévi dès 1958, j’ai vu ses films dans la seconde moitié des années 60. J’habitais alors dans une station balnéaire, et après un Dracula bien remuant pour les nerfs, c’était le retour du cinéma dans les hululements du vent et les bruissements inquiétants de la mer. Autant dire que ça prolongeait l’ambiance et que le sommeil était ensuite difficile à trouver.

09/03/2007 16
La chair des vivants a-t-elle meilleur goût que celle des morts ?(2)

Après avoir posé avec le premier article de cette série les grandes lignes de notre réflexion – i.e. pour quelle raison les zombies préfèrent-ils la chair des vivants à celle de leurs congénères morts-vivants ? - penchons-nous maintenant sur la question que nous abordions en conclusion : les zombies se nourrissent-ils de la chair des vivants du fait de sa valeur nutritive ? Mais diantre, que possèdent donc les vivants dont les morts sont dépourvus ? Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la réponse n’est probablement pas à chercher du côté de la valeur nutritive de leurs entrailles.

02/03/2007 2
La chair des vivants a-t-elle meilleur goût que celle des morts ?(1)

On assiste depuis quelques années déjà à la résurgence d’un genre cinématographique que l’on croyait moribond : celle du film de zombies. C’était sans compter sur la capacité innée qu’ont les morts-vivants à revenir sur le devant de la scène. Rien n’est plus malvenu en effet que d’enterrer trop vite un « revenant » de ce type.L’éclipse n’aura finalement duré qu’une petite décennie - grosso modo celle des années 90.

23/02/2007 2
Les manifestations diaboliques

Il fut un temps, avec un tel sujet, j’aurais probablement risqué le bûcher. Bon ce n’est pas que l’obscurantisme soit totalement terrassé, mais tant pis, j’assume et j’y vais. En tant que manifestation du diable, en 1967, Ira Levin frappait fort avec son roman « Un bébé pour Rosemary » , l’histoire d’un jeune couple dont la femme est enceinte et qui emménage dans un curieux immeuble.

16/02/2007 16
Le dédoublement de personnalité

« Un ange ou un démon habite sous ma peau » chantait Alain Kahn, rocker dit « décadent », dans les années 70. C’est sans doute là la substantifique cause du dédoublement de personnalité. Dans « M le maudit » le génial Fritz Lang explore en 1931 ce thème à sa manière.

09/02/2007 16
Les super avions

On ne peut pas traiter les thèmes de l’imaginaire sans faire une place aux super avions.

24/01/2007 16
Steampunk et Cyberpunk

Pour beaucoup, le mot « punk » évoque surtout les Sex Pistols, le Londres de 1975/1979, l’époque « post baba cool ». La Valstar avait remplacé les plantes aromatiques, et les riffs de guitares hargneux et les éructations dévastatrices avaient supplanté les mélodies planantes et les harmonies vocales. C’était « God Save the Queen » ! hurlé par Johnny Rotten, le chanteur des Pistols, tandis que Sid Vicious, le bassiste qui devait bien mal finir, tirait frénétiquement sur les cordes de son instrument qu’il portait bas, dans un effet de look et de frime.

17/01/2007 16
Les mutants

Sommes-nous des mutants en puissance ? Allons-nous petit à petit nous transformer ? Un peu partout, l’interdiction de fumer prévaut. On fait la chasse au tabac sans aucun doute nocif, mais surtout faute de vraiment pouvoir endiguer la pollution atmosphérique. Ainsi, on limite les dégâts. Mais ne va-t-on pas se retrouver avec des espèces de branchies à la place des poumons ? Et ayant été exposés à des radiations trop fortes, ne verrons-nous pas nos descendants naître avec deux têtes et cinq jambes ? Cauchemar que tout cela ? En tout cas, la vigilance s’impose plus que jamais.

10/01/2007 16
Les clones

Le clonage, on en parle depuis longtemps et cela a toujours nourri les fantasmes ; mais il a fallu que naisse en 1996 la brebis Dolly pour que ce principe s’intègre dans la réalité. Dolly qui aurait vieilli prématurément, se serait finalement alignée sur l’âge biologique de sa cellule souche, pour en finir avec la vie 6 ans après sa naissance. Cette expérience pouvait-elle être considérée comme une réussite ? En tout cas l’envie d’aller plus loin a taraudé certains esprits, jusqu’à l’annonce d’un clonage humain qui aurait été réalisé par les Raëliens.

03/01/2007 16

Pages