Imaginaire

Titretrier par ordre décroissant Date uid de l'auteur
Borges, Cortazar, Buzzati et le troisième tigre

Cher Marc, Cette nuit, sans doute avant la naissance de l’aube, notre chatte Noiraude est morte, frappée par une voiture. Quel rapport avec nos lectures au clair de lune, me diras-tu ? Aucun. Cela remet simplement, si besoin était, la fiction à sa place. Cet humble trépas nous rappelle que les instants les plus importants de la vie ne sont la plupart du temps ni redoutés ni désirés : ils "arrivent", comme "arrive" le destin, sans qu’on ait eu le temps, la volonté ou la capacité de les penser, de les envisager...."La nuit est longue, la nuit dure,/O nuit, couleur de l’agonie".

16/08/2008 18
Carnets de lectures au clair de lune

Cher Marc,

12/06/2008 18
Cerbères and Cie

Cher Marc,

09/07/2008 18
Chronique horrifique

Cette semaine, penchons-nous plus avant sur la littérature horrifique, un sous-genre de la littérature fantastique où l’angoisse, le frisson et l’adrénaline sont exacerbés… Mais pourquoi sommes-nous autant attirés par ce qui nous fait peur ? Masochisme ou rite de passage ? Désir de transgression sociale ou effet cathartique ?

07/08/2015 96
Crimes parfaits et imparfaits

Le crime parfait existe-t-il ? On pourrait toujours imaginer un individu tuant, assassinant quelqu’un avec lequel il n’a aucun lien. Mais ne parviendrait-on pas à remonter quand même jusqu’à lui ?

18/07/2007 16
De la doctrine à une alchimie de l'amour

"Ne m’attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche". Nerval Cher Marc,

25/07/2008 18
Fenêtre sur l'oeuvre de Julien Gracq

Cher Marc,

15/09/2008 18
L'invisibilité

Je commence ici une rubrique dans laquelle je vais revisiter les grands thèmes, pour ne pas dire les grands mythes de la science-fiction et du fantastique, avec à l’appui, des livres à lire ou à relire, ou des films à voir ou à revoir. Pour commencer, j’ai choisi le thème de l’invisibilité.

17/10/2006 16
L'uchronie

Je ne peux commencer cette chronique consacrée à l’Uchronie sans évoquer le n°58 de la revue Phénix de février 2003, qui avait fait la part belle à ce chapitre, et l’avait traité de façon exemplaire.

16/11/2006 16
La chair des vivants a-t-elle meilleur goût que celle des morts ?(1)

On assiste depuis quelques années déjà à la résurgence d’un genre cinématographique que l’on croyait moribond : celle du film de zombies. C’était sans compter sur la capacité innée qu’ont les morts-vivants à revenir sur le devant de la scène. Rien n’est plus malvenu en effet que d’enterrer trop vite un « revenant » de ce type.L’éclipse n’aura finalement duré qu’une petite décennie - grosso modo celle des années 90.

23/02/2007 2

Pages