Chronique horrifique

Cette semaine, penchons-nous plus avant sur la littérature horrifique, un sous-genre de la littérature fantastique où l’angoisse, le frisson et l’adrénaline sont exacerbés…

Mais pourquoi sommes-nous autant attirés par ce qui nous fait peur ? Masochisme ou rite de passage ? Désir de transgression sociale ou effet cathartique ?

Quoi qu’il en soit, le genre fascine et a marqué l’inconscient collectif depuis les monstres de la mythologie grecque aux contes de Poe, en passant par toutes les créatures qui ont forgé la littérature fantastique du 19e siècle comme Dracula, Frankenstein, le Dr Jekyll ou encore tout le Panthéon lovecraftien.Le genre prend son essor au 20e siècle, aussi bien en littérature qu’au cinéma : deux médias qui vont souvent de paire, puisque la plupart de ces romans vont être adaptés en film : « L’exorciste », « Rosemary’s baby », « Entretien avec un vampire »…

N’oublions pas de citer le grand maître, Stephen King, dont les romans et les films tirés de ses œuvres font aujourd’hui partie de la culture populaire.Dans les années 2000, le genre émerge aussi dans les jeux vidéo, avec le cultissime « Resident Evil ». Celui-ci ouvre l’ère de l’horreur démocratisée, surtout au cinéma, avec « Scream » et toute la vague de slashers qui s’ensuivra.

Après une brève mais puissante vague d’épouvante asiatique, on se dirige vers un genre horrifique plus léché, esthétique et qualitatif. Le cinéma se trouve un peu délaissé au profit du média télévisuel, beaucoup plus accessible, où on ne lésine cependant pas sur les moyens pour créer de vrais petits bijoux horrifiques, parfois même très littéraires : « American Horror Story », « Penny Dreadful », etc.

La littérature fantastique fait son retour en force ces dernières années et vise tous les publics, enfants, adolescents ou adultes. On fait la part belle au post-apocalyptique, souvent zombiesque ou dystopique. Les masses vampiriques et lupines débarquent partout et il faut faire le tri pour dénicher les pépites sous les cailloux, mais le genre a encore de beaux jours devant lui…

Type: 

Ajouter un commentaire