CURVAL Philippe

Nouveaux mystères de la chambre noire, Décollages (Les)

Nouveaux parce qu’une partie des œuvres picturales ou photographiques de ce livre avaient déjà fait l’objet d’un livre antérieur, tiré à 30 exemplaires, Les mystères de la chambre noire. Beaucoup de lecteurs ignorent que, comme il le raconte dans ce livre, Philippe Curval a été photographe avant d’être écrivain et a réalisé un certain nombre de collages, qui s’apparentent à ceux de Man Ray, souvent surréalistes, même si Philippe Curval, contrairement aux surréalistes du Groupe, ne croit pas au hasard et à l’écriture automatique, mais construit ses photo-montages selon un but, une idée.  

Type: 

Un souvenir de Loti

Loti et Marjorie sont allés à la découverte de Nopal, le monde utopique où vivent des artistes, des créateurs de toutes les espèces, dans une harmonie et une liberté uniques dans toute la galaxie. Bien qu’acceptés comme nouveaux habitants de la planète, ils n’ont plus qu’à réussir le Passage qui fera d’eux des Nopaliens.   Mais le roman peut-il être si simple ? C’est un roman de Philippe Curval, alors les surprises ne manquent pas...   Un souvenir de Loti, par Philippe Curval, La Volte, collection Eutopia, 2018, 137 p., couverture de Gosia Herba, 8€, ISBN 978-2-37049067-4

Type: 

Akiloë ou le souffle de la forêt

La transformation d’un jeune « Indien » d’une tribu primitive guyanaise en astronaute peut passer pour un roman de littérature dite générale, dans la mesure où elle se passe dans le monde contemporain et présente une vision assez caricaturale de la Guyane et des administrations françaises. Mais cette spéculation sur ce qui différencie un humain « primitif » d’un humain « évolué », cette réflexion sur la mutation mentale du personnage, si ce n’est pas de la « fiction spéculative » (SF selon Heinlein), alors celle-ci n’existerait pas.  

Type: 

Juste à temps

Simon Cadique, au moment où sa vie privée et sa vie professionnelle de réalisateur de court-métrages sont remises en causes par une rupture et la perte du contrôle de sa société, revient au pays et à ses aspirations de jeunesse : la baie de Somme et raconter l’histoire des frères Caudron et de la création des premiers avions par ces fils de paysans picards. Mais ces projets vont être bouleversés par des phénomènes imprévisibles, des « marées du temps » qui amènent dans notre temps des visiteurs du futur, ou qui envoient dans le passé des hommes du présent.

Type: 

Lothar Blues

L’Europe de 2050, gérée par les administrations de sa double capitale Bruxbourg (la Commission à Brux, l’Assemblée à Bourg), vit dans une sorte d’hébétude grâce au travail de différentes catégories de robots, parfois accompagnés de travailleurs humains, les tessaristes et au travail forcé de tous les condamnés au travail « solidaire ». La majorité des Européens se contentent de se laisser vivre, disposant des fruits du travail des robots et des machines. Différentes catégories de robots, similis et quasis, ont pris en charge production et gestion de la société.

Type: 

Dyschroniques

Utopie ? Dystopie ? Uchronie ? Voici, à présent la dyschronie ! « Dyschroniques » exhume des nouvelles de science-fiction ou d’anticipation, empruntées aux grands noms comme aux petits maîtres du genre, tous unis par une même attention à leur propre temps, un même génie visionnaire, et un imaginaire sans limite.Ainsi se présente cette nouvelle collection des Editions « Le passage clandestin », sous la direction de Philippe Lécuyer. En voici les quatre premiers volumes.  

Type: 

Ressac de l'espace (Le)

Petit résumé ! Une espèce parasitaire, au corps mou et télépathe, les Txalq, passe de planète en planète afin de se régénérer, de recréer un nouvel univers en asservissant l’espèce animale la plus évoluée qui les seconde physiquement. Linxel, le dernier Txalq qui va redonner vie à tout un peuple par scissiparité, débarque sur Terre... Une très large partie de la population humaine accepte sa domination, l’harmonie et la douceur de vivre que procure la symbiose avec les Txalq. Un semblant de résistance s’organise...

Type: 

homme qui s'arrêta (L')

Ce recueil de nouvelles a deux particularités qui le rend à la fois fascinant et détestable. La première est comment l’auteur aborde chaque nouvelle. _Sans être d’une grande originalité, elles prennent un caractère envoûtant de par la manière dont Philippe Curval retrace son déroulement. _La narration à la première personne surprend et déconcerte par l’intensité que cela donne au personnage. La seconde particularité réside dans le fait que chaque nouvelle relate la mort de son narrateur. Si bien que le recueil en devient pessimiste et donc, quelque part, détestable.

Type: 

Lothar blues

Noura M’Salem est le génial inventeur des envirtuels, environnements virtuels interactifs qui permettent de vivre les sensations et les sentiments des acteurs de la scène. Célèbre et très en vogue, le jeune homme bascule dans l’inconnu lorsqu’il récupère le vieux robot qui l’a élevé, Lothar. Suite à un blocage soudain, Noura porte le robot chez un réparateur, qui, étrangement, se révèle être un ancien ami de ses parents.

Type: 
S'abonner à RSS - CURVAL Philippe