DICK Philip K.

Maître du Haut Château (Le)

Une nouvelle traduction agrémentée d’une postface et du début de la suite inachevée. Un excellent roman, incontournable, qui mêle uchronie et univers parallèle.

Type: 

Le dernier des maîtres et Immunité

Les nouvelles que présentent les deux recueils qui viennent de reparaître chez Folio SF, Le dernier des maîtres et Immunité, sont presque toutes des nouvelles des tout débuts de Dick, entre 1952 et 1956. Elles présentent déjà certains thèmes des textes ultérieurs, comme la création d’une fausse réalité, les risques de machines indépendantes, les dystopies possibles, en particulier post-catastrophe, post-guerre nucléaire, ou post-conquête spatiale...  

Type: 

Ubik

Affronter les psis n’est pas donné à tout le monde mais l’agence Runciter & Associés est la meilleure. Sera-ce suffisant ? Réponse dans ce classique incontournable.

Type: 

Deus Irae

« Cadavre exquis » entre Dick et Zelazny, où le lecteur peut s’amuser à essayer d’attribuer chaque passage à l’un ou l’autre des auteurs, ce roman raconte la quête de Tobie McMasters, un peintre « incomplet », sans bras ni jambes, mais pourvu d’extensions mécaniques, à travers un bout des États-Unis d’après la guerre atomique, à la recherche de Carleton Luftheufel, le responsable de la guerre, qu’une nouvelle religion a déclaré le Dieu de Colère. Il rencontrera dans sa quête machines détraquées, mutants, chrétiens et adorateurs du Dieu de Colère...  

Type: 

Maître du Haut-Château (Le)

Lorsque Philip K. Dick publie en 1962 Le maître du Haut-Château, il fait paraître son premier succès littéraire et une référence dans le genre uchronique. Partant du principe que les alliés ont perdu la guerre face à la coalition Allemagne-Japon-Italie, il imagine les États-Unis partagés entre les vainqueurs. L’Ouest appartient aux Japonais, l’Est aux Allemands, avec une zone neutre dans les Rocheuses.

Type: 

Guérisseur de cathédrales (Le), suivi de Nick et le Glimmung

Le premier roman est un texte considéré comme mineur dans lequel transparaissent nombre de ses obsessions, en particulier le sentiment d’échec permanent et son incapacité à communiquer avec les femmes, et était déjà paru chez Pocket. Le second, qui reprend le lieu de l’action et le personnage du Glimmung, mais de façon bien différente, semble un ajout récent au corpus de l’œuvre de Dick, et n’a été traduit qu’en 2013.

Type: 

Joueurs de Titan (Les)

Au départ, on croit à une situation simple, où la guerre avec les Vugs, habitants de Titan, serait cause de la dépopulation et de l'allongement des vies des terriens. Depuis l'armistice avec les Vugs, les terriens ont un système néo-féodal séparant la population entre Possédants, seuls autorisés à participer au jeu qui a remplacé la politique par des parties de Bluff, sorte de poker-monopoly, et non-Possédants, au service des Possédants.

Type: 

Glissement de temps sur Mars

Sur Mars où l'ONU a installé et entretient un certain nombre de colonies qui parviennent à survivre péniblement grâce à l'eau des canaux, Jack Bohlen, ancien schizophrène, est réparateur. Manfred, le fils de ses voisins est, lui, autiste, dans un camp. Les circonstances font qu'Arnie Kott, potentat local, convaincu que la schizophrénie et l'autisme sont des formes de perception du futur, va demander à Jack de trouver le moyen de communiquer avec Manfred, afin de profiter de prédictions. Mais il a mal compris dans quoi il se lance...

Type: 

Confessions d'un barjo

Ce roman, l'un des rares romans non-SF que Dick ait pu faire paraître de son vivant, n'en comporte pas moins les principales obsessions de ses autres livres et cela fait un effet bizarre de le découvrir juste après avoir relu Le bal des schizos, avec lequel il partage plusieurs thèmes : le non-héros narrateur (en fait narrateur principal, car les autres personnages sont acteurs principaux, mais parlant à la troisième personne, d'un certain nombre de chapitres) confronté à une femme égoïste et tyrannique, ici la sœur du « barjo » ; les questions sur la réalité et sur la santé mentale des person

Type: 

Bal des schizos (We can build you) (Le)

Ce roman, qui présage Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques et dont je me demande s'il n'a pas influencé le scénario de Blade Runner (bien qu'humaine, la Pris de ce roman aurait pu servir de modèle à la Priss du film, non ? J'ai cru revoir l'androïde du film en lisant son portrait page 31) semble apporter des idées nouvelles à chaque relecture. Le thème apparent est celui de la création des premiers « simulacres », robots chargés d'imiter les humains.

Type: 

Pages

S'abonner à RSS - DICK Philip K.