Black Mambo

Il existe des territoires où le progrès n’a pas encore éradiqué les vieilles croyances et leurs pratiques. L’Afrique, berceau de l’humanité, en fait partie.

Chamans, Mambos, Sangomas... Autant de sorciers qui œuvrent dans l'ombre à protéger les fidèles, mais aussi à réveiller les anciens dieux, démons et loas.

Magie blanche ou magie noire, en dehors des frontières de ce continent, tel un serpent, discret et insinueux, elle se répand.

Ainsi, le jeune punk Mika sera initié malgré lui aux secrets du vaudou, en plein carnaval de la Nouvelle-Orléans, et devra composer avec l'esprit des morts, le terrible Baron Samedi et son armée de gamins buveurs de sang.

À Marseille, des meurtres rituels obligent le capitaine Dilaniti à renouer avec ses racines, le Swaziland, un pays sous dictature militaire où règnent encore les traditions liées au Muti, culte tribal qui vampirise la population.

Au Maghreb, les djinns, esprits nés d'un feu sans fumée, peuvent posséder les vivants. La grossesse avait chassé celui qui résidait en Leila. Entourée de son fils et de son mari, la jeune femme devrait être heureuse. Pourtant, un regard brûlant pèse sur son âme.

Trois auteures reconnues de la nouvelle génération s’associent pour vous conter ces légendes africaines...  À leur manière... Trois romans courts, violents et sans concessions, aux accents sauvages de ce continent insoumis.

 

Black Mambo, paru en avril 2015 aux éditions du Chat Noir, rassemble trois courts romans (ou grosses novellas si vous préférez) tournant toutes, vous l’aurez compris en lisant le titre, autour du vaudou. Au programme, trois auteures que j’apprécie fortement : Vanessa Terral (qui m’avait subjugué avec son magnifique L’aube de la guerrière aux défuntes éditions Nergal), Morgane Caussarieu  (à qui on doit les terrifiants Dans les veines et Je suis ton ombre) et Sophie Dabat (auteure de la sublime trilogie Sainte Marie des Ombres).

Vous en conviendrez, voilà un menu des plus alléchants.

Le recueil s’ouvre sur L’ivresse du djinn de Vanessa Terral. Nous suivons Leila, une jeune fille possédée par un djnoun qui désire la transformer en son épouse. L’auteure ne rebute devant aucune description horrible pour ajouter à la touffeur de son récit. C’est macabre, étouffant mais purement jouissif. La fin peut paraître prévisible mais l’auteure réussit à nous surprendre dans les derniers instants malgré un final qui, avec le recul, peut paraître légèrement en-deçà de ce à quoi on pouvait s’attendre. Mais, malgré ce détail, l’histoire est une franche réussite.

Sophie Dabat prend le relais et nous livre La danse éternelle des roseaux, un récit horrible et captivant mettant en scène Hlengiwe, jeune policière française traumatisée par des événements ayant eu lieu durant sa jeunesse dans son pays natal : le Swaziland. Si vous avez été dérangé par les détails du premier récit, stoppez immédiatement la lecture. Car, pour être honnête, Sophie Dabat ne s’impose aucune limite ! Atrocités et barbarie sont au menu de certaines scènes gores superbement bien rendues ! L’auteure n’a pas son pareil pour nous faire voir à force de détails des choses que nous aurions préféré ignorer. Mais, en dépit de cette violence omniprésente, l’histoire est franchement magnifique. Ce récit est une pure merveille et il est tout simplement impossible de le lâcher une fois commencé.

Morgane Caussarieu clôture cet infernal triptyque avec Les enfants de Samedi. Mika, jeune paumée, va rendre visite à une tante qu’elle ne connaît pas mais qui l’a convoquée sur son lit de mort. Cet événement hors du commun va faire basculer son existence et la mettre aux prises avec les gédésn les esprits de la mort. Malgré un début un peu poussif, nous plongeons tête première dans cette aventure enivrante au cœur du Vieux Carré. Morgane n’a rien perdu ni de sa verve ni de son talent de conteuse horrifique et son récit vous procurera de délicieux frissons.

En conclusion, voilà un livre qui s’avère indispensable pour tout amateur d’horreur teintée d’épouvante. Trois plumes remarquables et trois histoires mémorables !

Black Mambo par Vanessa Terral, Sophie Dabat, Morgane Caussarieu, couverture de Catherine Nodet, 19.90€, Chat Noir

Type: 

Ajouter un commentaire