FONTVIEILLE Olivier

Identification des schémas

Je n’avais jamais encore lu ce roman de William Gibson : il m’a surpris par rapport à ceux que j’avais lus précédemment, Neuromancien et Idoru, parce que, contrairement à ceux-ci et à plusieurs autres, ce n’est pas un roman de science-fiction, même si c’est bien de la fiction spéculative. Parce que ce roman ne se passe pas dans un monde futur ni dans un présent uchronique, mais bien dans notre monde, celui de 2003, année d’écriture, malgré des personnages peut-être exagérés par rapport aux personnes que nous connaissons, encore que... et si ?

Type: 

Coup du siècle (Le)

Une ambiance so scottish, des héros hors norme, un ouragan… Et pas mal d’ennui.

Type: 

Identification des schémas

Une enquête sur un mystérieux film qui déchaîne les passions sur les réseaux, avec tout le talent de William Gibson pour mettre en scène une aventure aux strates multiples.

Type: 

Feminicid

Il s’agit d’un approfondissement de l’image de Mertvecgorod à travers l’enquête de Timur Maximovich Domachev, enquête sur l’assassinat rituel d’un grand nombre de femmes qui lui vaudra d’être assassiné en 2028, avant de l’avoir achevée.

Type: 

Images de la fin du monde

Ce serait plutôt Images de la fin D’UN monde, puisque ces Chroniques de Mertvecgorod nous décrivent un certain nombre de moments de la vie d’une « République » post-soviétique imaginaire et (espérons-le, bien que certains exemples réels semblent aller encore plus loin dans l’horreur) caricaturale. Avec le premier récit du livre qui, presque le dernier pour la chronologie imaginaire, annonce une catastrophe effarante, mais peut-être pas définitive.

Type: 

Borne

Un récit de survivants dans une ville en ruines. Un classique revisité avec talent.

Type: 

Alcool

Faire de la cuisine à La Nouvelle-Orléans demande de l’imagination, du courage et, semble t-il, beaucoup d’alcool !

Type: 

Périphériques

C’est un roman de SF. C’est un roman de William Gibson. C’est un roman passionnant !

Type: 

Simili-love

Cette dystopie mélange des idées cyberpunks, le développement des outils informatiques permet aux ultra-riches de séparer l’humanité en trois catégories : les élites, propriétaires du monde, les désignés, leurs serviteurs, et les inutiles, chassés des villes et incités à se suicider. De plus l’utilité des désignés décroit au fur et à mesure du perfectionnement des androïdes. Écrivain d’un certain talent devenu auteur de séries télévisuelles, le narrateur est resté désigné, alors que sa femme et son fils étaient chassés comme inutiles.

Type: 

Tout sur le zéro

Pierre Bordage ne se lance pas dans un traité de mathématique : il explore le monde particulier des joueurs de casino !

Type: 

Pages

S'abonner à RSS - FONTVIEILLE Olivier