Life Force de Tobe Hooper (1985)

Il y a des films dont l’on parle peu. Ce genre de film qui avait fait un buzz lors de sa sortie et qui est maintenant tombé dans les oubliettes du cinéma.

Récemment, j’ai souscrit un abonnement à Netflix. Il y en a qui râlent à ce sujet.

J’y suis depuis un mois et je découvre plein de films que je n’aurais jamais loués pour cinq euros. Ici je suis libre, pas de pub et il y a de tous les genres.

J’ai donc revu un film qui était difficile à trouver et qui ne passait sur aucune chaîne. Ben non, la TNT doit d’abord nous abreuver de politiques et nous inonder de pubs. Ensuite si le temps le permet, nous aurons droit à « Fantomas » et différentes séries américaines dans lesquelles ils sont beaux, grands, intelligents et modestes. Les femmes, des giga canons. Tous autant qu’ils sont traumatisés par le 11 septembre.

Ce film de science-fiction est une variante du mythe des vampires dans un décor de fin du monde.

 

 

Des astronautes sont envoyés dans la queue de la comète de Hallez afin d’étudier les objets stellaires. Ils en ressortent avec trois créatures du type humanoïde d’une beauté incroyable.

La navette revient dans un piteux état. Les humanoïdes sont récupérés et le cauchemar s’installe. Au lieu de sucer le sang comme tout bon vampire, ils  absorbent l’énergie vitale de leurs proies.

Comme de bien entendu, cette dernière devient elle aussi un vampire de l’espace, etc.

Dans un chaos biblique, notre héros va tenter d’enrayer l’épidémie.

Souvenez-vous de cet extrait que l’on voyait souvent : un légiste qui devenait squelette alors que son agresseur reprenait forme. Tout cela entouré par un anneau d’énergie.

 

 

Dans un autre extrait, Mathilda May se promenait à poil.

J’entends déjà d’ici : "chérie, ce soir tu peux regarder « Les experts » là-haut. Moi, j’ai un film à louer".

Le réalisateur n’est autre que Tobe Hooper. Massacre à la tronçonneuse, le crocodile de la mort, Poltergeist

Ce film pourtant très intéressant en matière d'effets visuels et maquillages alors qu’au niveau du scénario il n’a pourtant laissé aucune trace dans les archives.

En le regardant avec 30 ans de plus, j’ai toujours aussi été épaté par cette histoire, cette recherche de la femme fatale.

Les effets visuels ont vieilli, mais pas trop et les maquillages toujours aussi impressionnants.

Le seul bémol qui je pense a fait très mal au film est sans nul doute sa musique.

Elle n’est pas du tout adaptée au sujet. Elle était bonne pour les vieux films de western. Ici, du Henry Mancini pour un film de cet acabit ?

Très mauvais choix du producteur exécutif.

Ennio Morricone, Alan Silvestri, John Williams ou encore Zimmer… mais pas Mancini.

Quoi qu’il en soit, ce qui est fait est fait. Un bon film de science-fiction avec du sanglant, mais pas trop. Des effets saisissants, une intrigue bien menée et un final en apothéose il y a de quoi passer deux bonnes heures.

Attendez, je ressors le lecteur VHS pour vous montrer la bande-annonce. Yiarr, Yiarr, Yiarr c'était si lourd que ça ?

Allez, on y va pour Life Force.

Sections: 
Type: 

Ajouter un commentaire