Imaginaire

Titre Date uid de l'auteur
La chair des vivants a-t-elle meilleur goût que celle des morts ?(8)

Penchons-nous aujourd’hui sur la symbolique du sang qui irrigue (c’est le cas de le dire) les films de zombies. En effet, après être parvenu à la conclusion que les morts-vivants se comportent à l’image de sangsues affamées de chairs gorgées d’hémoglobine (pas de sang caillé ou coagulé, por favor !), il convient maintenant de déterminer ce qui a prévalu dans le choix scénaristique de ce carburant. Chacun des thèmes évoqués au cours des semaines passées aurait ainsi tout aussi bien pu faire l’affaire (la peur, l’instinct grégaire, etc.).

11/05/2007 2
Les elfes

Le monde des Elfes est par définition celui de nos fantasmes. Ces créatures qui échappent à notre rationnel, et nous plongent dans l’onirisme le plus complet, comblent notre imaginaire. Quels que soient leur aspect, leur couleur (bleu, noir, blanc), ils appartiennent à des dimensions autres que celles de notre quotidien. Ils appartiennent à la mythologie nordique, et on dit même qu’en Islande, on croit fermement aux Elfes. Ce n’est sans doute pas la seule contrée, et tous les amateurs d’Imaginaire sont prêts à le faire.

27/04/2007 16
La chair des vivants a-t-elle meilleur goût que celle des morts ?(7)

Après avoir passé en revue, dans le courant de ces dernières semaines, diverses possibilités permettant d’expliquer l’appétit exclusif des zombies pour la chair des vivants (la valeur nutritive de cette viande ; la peur qui émane de nos semblables ; l’âme qui les anime ; l’instinct grégaire qui les lie…), il est grand temps maintenant d’énoncer ce qui constitue pour nous l’hypothèse la plus probable de leur comportement.

20/04/2007 2
Les sorcières

On a tendance à voir les sorcières comme d’affreuses bonnes femmes au nez crochu, au menton en galoche et chevauchant un balais. Mais cette vision n’est qu’imagée. Comme le disait très justement Jean-Louis Fetjaine, auteur entre autre de la trilogie des Elfes dont je reparlerai, au cours d’une interview dans Phénix Mag, à l’origine, celles qui étaient considérées comme sorcières étaient très souvent des druidesses qui ne voulaient pas renier leurs pratiques au profit du christianisme.

13/04/2007 16
La chair des vivants a-t-elle meilleur goût que celle des morts ?(6)

Des hordes dépenaillées marchant d’un même pas mécanique : voilà l’image qui vient immédiatement à l’esprit dès qu’on prononce le mot "zombie". Les multiples films où ils apparaissent nous les dépeignent en effet volontiers comme un collectif informe, une masse plus ou moins coordonnée lancée à la poursuite d’un bon méchoui : nous, les "respirants".

06/04/2007 2
La lycanthropie

Oui, qui a peur du loup ? Cette peur est enfouie au plus profond de l’inconscient collectif. Elle hante les contes de tout temps et de tout lieu. Elle est partie prégnante de nos fantasmes. Sans doute quelques obscures ou profondes explications psychanalytiques pourraient-elles venir à bout de nos frayeurs ; les théories freudiennes ont sans doute flirté souvent avec les littératures de l’imaginaire.

30/03/2007 16
La chair des vivants a-t-elle meilleur goût que celle des morts ?(5)

Peut-être la réponse à la question sur laquelle nous planchons depuis quatre articles déjà se situe-t-elle du côté de l’ethnologie et de l’ensemble des études réalisées sur les peuplades endocannibales, ces divers groupes humains qui mangent les anciens de la tribu afin de les garder en leur sein ?

23/03/2007 2
Les fantômes

Au début des années 60, il existait un groupe de rock qui s’appelait Les Fantômes, et dont le guitariste soliste était… Écossais. Eh oui, ça ne s’invente pas. L’Écosse est par définition la patrie des fantômes, mais on pourrait dire la Grande-Bretagne dans son ensemble. Et c’est pour cela qu’en 1887, fut publiée la nouvelle d’Oscar Wilde, l’auteur au portrait transformiste, intitulée « Le fantôme de Canterville ».

16/03/2007 16
La chair des vivants a-t-elle meilleur goût que celle des morts ?(4)

Nous avons donc écarté, lors des précédentes livraisons de cette série d’articles, nos deux premières hypothèses visant à expliquer la raison pour laquelle les zombies préfèrent se nourrir de notre chair plutôt que de celle de leurs semblables. Ils n’agissent pas ainsi pour une question de valeur nutritive des entrailles qu’ils ingurgitent, ni pour se repaître de la peur qui nous saisit à leur vue. La réponse se trouve ailleurs.

16/03/2007 2
La chair des vivants a-t-elle meilleur goût que celle des morts ?(3)

Nous sommes arrivés à la conclusion, avec le deuxième article de cette série, que les zombies ne se nourrissent pas de la chair des vivants du fait de la valeur nutritive de cette dernière. Serait-ce alors l’effroi qui nous saisit à leur vue qui les motive dans leurs intentions prédatrices ? Notre peur serait-elle contre-productive en ce sens qu’elle les activerait, qu’elle les mettrait en branle et les jetterait à nos trousses ? La capacité de l’espèce humaine à connaître la peur (capacité dont les zombies semblent bien dépourvus) enclencherait-elle la course-poursuite à nos dépens ?

10/03/2007 2

Pages