Criminelles le mal au féminin

Catherine Deshayes, dite "la voisin", organisait des messes noires où l'on sacrifiait des nourrissons pour le compte de Madame de Montespan ; Lucrèce Borgia était connue pour être la plus grande empoisonneuse de l'empire romain ; Erzébeth Bathory, elle, s'en prenait à de jeunes vierges pour se baigner dans leur sang et conserver ainsi une peau douce.

Figures emblématiques du crime ou tueuses confidentielles, de la Hongrie du XVIe siècle à la mer de Chine, découvrez à travers ces histoires cruelles et glaçantes le destin hors norme de 40 femmes passées maîtresses dans l'art du meurtre... 

 

Tout d'abord petite précision, ce ne sont pas 40 mais 36 histoires qui sont évoquées ici et on n'y rencontre ni La Voisin, ni Lucrèce Borgia... Mais cela n'enlève rien au plaisir de la lecture de ce recueil.

 

On dit souvent que si le monde était gouverné par les femmes, il y aurait moins de guerre, moins de crimes, que les femmes sont moins belliqueuses et que l'on compte beaucoup moins de femmes tueuses en série que d'hommes. Certes, mais celles que l'on croise dans cet ouvrage sont à vous glacer le sang. 

On découvre un catalogue terrifiant de ce que la perversion et la perversité, la vénalité , la bassesse, la vengeance... produisent de pire dans l'âme humaine. On découvre ou redécouvre pour les plus célèbres d'entre elles : des femmes d'une cruauté qui défie la compréhension, des femmes qui tuent sans remords des enfants, parfois leurs propres enfants, des femmes qui se pensent investies d'une mission divine ou pas, des êtres abjects sans remords ni regrets prêts à tout pour obtenir l'amour, l'argent, la célébrité, le pouvoir... 

Elles ne sont pas toutes là et c'est bien ce qui fait le plus peur dans cette histoire !

 

Criminelles, le mal au féminin par Pierre Bellemare et Jean-Françoic Nahmias  aux éditions J'ai Lu,  ISBN 978-2-290-15585-1, prix 8 € sortie le 02 janvier 2019 

Type: