HHHH de Cédric Jimenez 7 juin 2017

Tiré d’un roman, ce film nous emmène directement avant la Seconde Guerre mondiale.

Nous suivons la déchéance de Reinhard Heydrich. Puis, nous assistons à son ascension fulgurante au sein du parti nazi.

Considéré comme le chouchou d’Hitler, Reinhard, alors responsable de tout le secteur que l’on dira slave, prépare doucement mais sûrement la solution finale.

Malheureusement, juste avant de mourir dans un attentat, il pourra donner ses résultats et ses conclusions quant à ce massacre organisé.

Fidèle au roman et bien entendu, fidèle à l’histoire, ce film se décompose en deux parties.

En premier lieu, nous suivons de près Heydrich. Son zèle à satisfaire Himmler, la Nuit des longs couteaux et les commandos spéciaux qu’il dirige lors de l’invasion de la Pologne. Commandos qui exterminent sans pitié toute personne qui ne correspond pas à l’idéal nazi.

La seconde partie du film est consacrée à la préparation du commando chargé d’éliminer Heydrich.

Pour terminer, l’on assiste aux représailles qui sont, vous vous en doutez, terriblement meurtrières.

Réalisé par un Français, j’ai eu affaire à un très bon film. Je n’y croyais pas, mais j’ai voulu voir ça de mes propres yeux. Le moins que je puisse dire, c’est que je n’ai pas été déçu.

Le film est cru, ignoble dans ces faits, mais pas horrible dans les images, un peu comme dans la Liste de Schindler du Père Spielberg.

L’acteur Jason Clarke, malgré qu’il ne ressemble pas directement à Heydrich, endosse son rôle à merveille. Sa froideur, son sens de l’organisation montre bien l’exemple type des membres des SS.

J’avais vu un film sur le même sujet qui s’intitulait Sept homme à l'aube. L’on pourrait presque dire qu’il s’agit d’un remake, mais bon, faire un remake d’une histoire vraie… je dirais plutôt qu’il s’agit d’une nouvelle vision des choses.

La fin des deux films est rigoureusement la même, excepté un détail qui m’a laissé un peu perplexe : dans cette nouvelle version, les deux membres restants du commando se suicident. Alors que dans Sept hommes à l’aube, ils se tuent mutuellement exactement au même moment. Ce qui me paraît plus logique considérant qu’ils sont dans les sous-sols d’une église et qu’ils sont croyants tous les deux.

Sachant cela, ceux qui s’y connaissent un peu savent très bien que si l’on veut être accepté au paradis, le suicide est exclu.

 

Je recommande vivement ce film à toutes et à tous. Comprendre le passé peut faire évoluer le futur.

Il va de soi que les amateurs de la Seconde Guerre mondiale vont se régaler. C’est ce qui m’est arrivé.

Avant de vous quitter, sachez qu’HHHH veut dire : le cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich.

Et aussi, bien entendu, j’ai la chtite bande-annonce qui vadé (du verbe vader, troisième groupe) bien.

Sections: 
Type: 

Ajouter un commentaire