Dunkerque de Christopher Nolan

Moi, une guerre comme ça, j’y vais sans problème.

Nolan nous conte l’histoire de cette débâcle de Dunkerque durant laquelle Britanniques et Français acculés dans une nasse autour de Dunkerque attendent désespérément une évacuation.

Rien à dire concernant les images et les effets surtout aériens et sous-marins.

Le reste, je ne sais même pas par quoi commencer.

Déjà, aucun des acteurs n’a de charisme. Rien. Des yeux de nounours.

Même Tom Hardy pourtant si convaincant dans d’autres films.

Le héros, pâle réplique de l’interprète dans Il faut sauver le soldat Ryan.

Toutes villes assiégées pendant cette terrible guerre ont été détruites au moins à 80 %.

Ici, pas de problème. Les Anglais se baladent au beau milieu de la rue. Les maisons ont déjà des volets électriques.

Les Allemands ! Une vraie bande de tâcherons !

Le IIIe Reich. Il aura fallu presque 60 nations et toquer à la porte d’Hitler pour que cette armée mette un genou à terre.

Et là, à Dunkerque, un bombardier Juncker, un bateau et le pilote ne sait pas où il va larguer ses bombes.

Ah Zo ! heine seul bato ke fo t’il ver ?

Le schnaps devait couler à flots. Les snipers ne savent pas viser.

 

 

Le clou du spectacle, c’est Tom Hardy. Plus une goutte de kérosène. Il plane au-dessus de la plage.

Comme je n’étais plus à ça près, je me suis dit : il va nous sortir un cerf-volant. Dunkerque, idéal comme plage pour cette activité. Que nenni, il a redressé du nez et abattu un stuka. Un gredin, ce Tom. Ensuite, il s’est posé tranquillou en sortant manuellement son train d’atterrissage.

De leur côté, les British, no problemo. L’amiral vient faire une tchite balade sur le seul et unique ponton. Il tape la discute avec deux colonels. Houle discrète, pas de vent, ciel bleu.

Une tasse de thé, amiral ? Why not, let’s go.

Sur la plage, pas de débris, pas de trous de bombes, manque juste les parasols et des serviettes, car les Anglais ont les pieds dans l’eau. Ouh là ! My God ! L’eau est froide, chef. Les traîtres de Français n’ont pas réchauffé l’eau ! It’s a scandal.

Nolan nous montre les Français comme des lâches alors que ce sont eux qui ont défendu mètre par mètre les rues de Dunkerque. Tout ceci pour que les courageux (Humm) sujets britanniques puissent se barrer du continent.

Je sais, vous allez me dire : ils devaient revenir sur leurs îles afin d’endiguer le débarquement des troupes allemandes. Ouais, bon… On dira ça.

Le père Adolf avait cela dans la tête, mais il était plus préoccupé par l'opération barbarossa qu'autre chose.

Les Anglais nagent avec leur redingote lorsqu’ils doivent rejoindre le ponton ou la plage.

Même pas lourd.

J’ai lu des articles qui étaient affublés du « Attention spoilers ! ». Je me marre. Un film historique, comment veux-tu spoiler ?

Seul Tarentino a osé avec Inglorious Basterds.

Faut dire le même pour Titanic, Attention spoiler ! Ah zut, cacaboudin, il coule à la fin. Fallait pas le dire. Tu me gâches tout.

Quoi, il y a eu des morts à Hiroshima ? Tu m’ôtes le suspense, tu me fais suer là !

Non ? Jeanne d’Arc a été brûlée vive ! Si tu racontes la fin, je te parle plus.

 

Allez, je suis bon prince. Voilà la Bande-annonce.

Sections: 
Type: 

Ajouter un commentaire