Blade Runner 2049

Réalisateur: 

Ridley Scott avait signé un chef-d’œuvre absolu. Son Blade Runner est considéré comme l’un des meilleurs films de tous les temps. Quoi qu’on en dise, sa vision de Philip K. Dick est sans doute une des meilleures références.

En partant de là, Denis Villeneuve a voulu graver son empreinte dans le cinéma d’anticipation. 

Personnellement, il a réussi.

J’ai regardé Blade Runner 2049 avec un certain intérêt. J’adore l’anticipation - excusez du peu.

Je suis d’un caractère tel que quand j’écoute, je lis ou je vois, ma première impression est souvent la moins bonne.

Pourquoi ? Allez-vous me dire. Je ne peux vous répondre : je suis comme ça. J’ai écouté le dernier Roger Waters (bassiste de Pink Floyd) et ma première écoute, bof. Ensuite, une étincelle dans mon cerveau et j’ai trouvé cela génial. Je suis comme ça et peu importe.

Pour ce Blade Runner 2049, idem. La première vision m’a laissée un petit peu indifférent. Ensuite, j’ai observé, écouté, travaillé le scénario, la musique, les acteurs, la photographie et là mes amis, je vous affirme que l’on est en passe de surpasser le maître.

Deuxième vision, troisième vision, c’est un must. Rien à redire.

L’acteur Ryan Gosling mériterait un oscar pour sa démonstration autant que Michael Fassbender dans Promethéus et Alien : Covenant.

J’ai retrouvé l’univers de Philip K. Dick plus ici que dans le premier opus alors que Ridley Scott n’avait pas fait dans la dentelle. La grande question qui hantait Philip K. Dick était : sommes-nous vivants ? Sommes-nous des humains ? Sommes-nous juste des humains ou des parties d’un complexe amalgame d’univers ? Somme-nous en fait rien et tout, une galaxie ou à l’inverse, un microbe ? Tout est là.

Et c’est cela que j’ai retrouvé dans ce Blade Runner 2049.

La musique, la photographie, franchement c’est du terrible.

Seulement, tout le monde ne peut pas apprécier, car c’est très complexe et les gens demandent de l’action.

Tous les fans se demandaient si Deckard était un réplicant ou non. Ici, c’est tout le contraire. L’agent K ou Jo est-il humain ou non ? Et ce cheval le bois ? Nous en faisons quoi ? Un implant, une mémoire, un artefact ? Quoi qu’il en soit, il est découvert.

La grande question, fille ou garçon ?

Denis Villeneuve a réussi le pari de faire aussi bien que son prédécesseur, Ridley Scott.

Je crois qu’il a réussi. Ce film va tout doucement et sûrement atteindre le statut de chef-d’œuvre.

Les décors, d'apprécier la musique et surtout le jeu d’acteur de Ryan Gosling sans oublier les acteurs secondaires ainsi qu’Harrison Ford, je dis bravo et m’incline.

Harrison Ford qui m’avait donné l’impression d’avoir pris un coup de vieux terrible, et bien ici, il m’a convaincu une nouvelle fois qu’il était un excellent acteur.

Allez, je suis de bonne humeur, je vous les BA sous toutes formes.

Et un, et deux

 

Sections: 
Type: